Le Livraire

Carnet de lecture

Serpents et piercings – Hitomi Kanehara

Traduit par Brice Matthieussent

Résumé (présentation de l’éditeur) :
Dans la nuit zébrée de néons des ruelles interlopes de Tokyo, une jeune fille de 19 ans traîne son mal de vivre et son envie de transgresser tous les tabous. Lorsqu’elle tombe amoureuse d’Ama, jeune punk qui la fascine, c’est un monde qui s’ouvre à elle – celui des piercings, des tatouages, de la chair marquée, entre violence et désir.

Mon avis :
Dés les premières pages, le ton est donné, avec la description des étapes de réalisation d’une tongue split (modification corporelle qui consiste à fendre la langue en deux pour la faire ressembler à celle d’un serpent). Âmes sensibles s’abstenir. J’avais très envie de lire ce roman, plus pour son récit de jeunes japonais complètement paumés que par goût de cette littérature très tendance actuellement : sexe, mutilation, description trash, jeunes désœuvrés, mal être allant de pair avec un vocabulaire cru et des phrases simples (simplistes). Sympathique à lire, de là à décerner le prix Akutagawa (l’équivalent du prix Goncourt) à son auteur pour ce roman, franchement, je m’interroge.

Je dois être définitivement « out » et coincée, parce que je ne comprend pas en quoi le livre vient « déranger nos idées toutes faites… » pour reprendre les mots d’un lecteur. Au contraire, à mon sens, cette accumulation des poncifs du genre fini par être d’un ennui mortel et conventionnel au possible.

Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :