Le Livraire

Carnet de lecture

Qui dans leur chair s’inscrivent – Jean Pérol

Ceux qui prêtent l’oreille à la rumeur du soir
contemplent le chuchot des bourgeons aveuglés
et l’immobile orgueil du soleil venu choir
loin des voix et des murs
loin des vois et puis meurs
loin des croix et des yeux sur la mer lisse et noire

et se disent
n’est-ce pas tout l’amour par la mort étranglé
n’est-ce pas la colère par la ville matée
n’est-ce pas tout l’oubli que la nuit vient sangler
n’est-ce pas chaque main qui se perd et dérive

j’entends le non-savoir j’entends le peu d’espoir
ronger précis les hommes fatigués
et sous leurs yeux fermés
les rêves indomptables qui dans leur chair s’inscrivent.

In Morale provisoire, Gallimard, 1978

Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :