Le Livraire

Carnet de lecture

Benjamin Fondane, in Le mal des fantômes

Né en 1898 en Roumanie, Benjamin Fondane arrive à Paris en 1923. Continuant à écrire une œuvre diverse et variée (théâtre , poésie, critique…) il rejoint le mouvement surréaliste en 1925.
Arrêté en mars 1944, se amis parviennent à obtenir sa libération mais Fondane refuse, ne voulant pas abandonner sa sœur. Il est envoyé à Drancy puis déporté à Auschwitz-Birkenau où il meurt quelques mois plus tard.

L’aube n’est pas encore, il s’en faut
– La lampe brûle,
à quoi bon s’appuyer aux choses qui s’écroulent,
il est beaucoup de vies qui ont brûlées pour rien,
beaucoup de vies qui ont honte.
– Dormirais-je, dormirez-vous ?
… étoiles de la fin du monde !
… Que ne puis-je me mettre au chaud sous mon sommeil,
que ne peut-on ôter son visage de jour
– et dormir sans figure !

In Le mal des fantômes, XXVI, Benjamin Fondane, Verdier Poche, 2006

Share

Publicités

Une réponse à “Benjamin Fondane, in Le mal des fantômes

  1. Elcmar dimanche 8 novembre 2009 à 15:17

    Bonjour,

    Comment vas-tu ?

    Benjamin Fondane a aussi été le « discipline » du philosophe Russe Léon Chestov, il a fait le récit de ses rendez-vous avec Chestov (qui fut aussi un ami de Georges Bataille) dans un livre superbe, Rencontres avec Léon Chestov.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :