Le Livraire

Carnet de lecture

Archives de Catégorie: Le Livre

Le Salon du livre jeunesse conserve ses subventions !

Suite au vote du budget 2010 qui a eu lieu le jeudi 8 avril, le salon du livre et de la presse jeunesse garde (théoriquement) finalement ses subventions. Cependant, la situation financière et l’avenir de ce salon restent précaires, le budget ayant été voté de manière déficitaire : ces subventions tenant compte des 75 millions d’euros que l’État devrait verser au département de la Seine-Saint-Denis.
La réponse définitive devrait être connue d’ici trois mois. La pétition pour le maintient du salon a remporté plus de 13 000 signatures en une semaine.

Source :
Article de l’Express du 9 avril 2010
Article d’Actualitté du 9 avril 2010

Share

Le salon du livre Jeunesse de Montreuil menacé

Une pétition a été lancée par les organisateurs du Salon du livre et de la presse jeunesse qui se tient chaque année à Montreuil. En raison de difficultés financières, les subventions accordées par le Conseil Général devraient se trouver réduites de manière drastique cette année, mettant en péril cette manifestation, ainsi que d’autres opérations de promotion de la lecture au sein du département de la Seine-Saint-Denis.

Ce salon, qui a pour vocation de donner aux enfants le goût de la lecture, a lieu depuis 1984, accueille 320 exposants et reçoit en moyenne 150 000  visiteurs.

Consulter et signer la pétition pour le Salon du livre et de la presse jeunesse.

Lire l’article du Monde (1.04.2010)

Share

Amazon : ce qu’il est important de savoir avant de commander

Depuis quelques années, Amazon s’est imposé dans l’esprit d’un grand nombre de lecteurs comme une alternative intéressante aux librairies traditionnelles. Cependant, entre ces mêmes librairies et le supermarché du livre en ligne, il y a un un fossé éthique et des informations importantes à connaître.

Amazon a été condamné par la justice française pour clauses abusives dans ses contrats de vente, notamment le partage de données personnelles.
Source : GNT

Amazon pratique la gratuité des frais de ports. Cette initiative, en apparence anodine, est une infraction pure et simple à la Loi Lang sur le prix unique du livre. Cette loi stipule que le prix d’un ouvrage ne peut être réduit que de 5% au maximum, ceci pour protéger la diversité du commerce du livre et notamment les les petites librairies indépendantes. Cet avantage proposé au consommateur déstabilise un marché déjà fragilisé. Amazon qui a été attaqué en justice, et condamné à 100 000 euros de dommages et intérêts, [devait] cesser les frais de port gratuits et la pratique de chèques cadeaux à peine d’astreinte de 1 000 euros par jour de retard, passé le délai de 10 jours à compter de la signification du jugement.
Pourtant la gratuité des frais de port est toujours pratiquée.
Source :Lekti-ecriture.com
Rue89

Amazon exige une marge énorme sur les ouvrages des petits éditeurs pour que ces derniers bénéficient d’une réelle visibilité sur la plate-forme. C’est près de 50% du prix d’un ouvrage qui est ainsi ponctionné, contre 10 à 17 % pour les autres points de vente.
Ce sont ces même petits éditeurs qui s’acharnent à sortir des sentiers battus, qui prennent le risque de publier des auteurs inconnus, qui font en sorte qu’il y ait encore une réelle diversité culturelle et littéraire, et pas uniquement les best-sellers et/ou les ouvrages des grandes maisons indépendantes comme Gallimard ou Seuil.
Source : Lekti-écriture.com

– Certains petits éditeurs ne souhaitent pas faire partie du « programme partenaire » d’Amazon, ce qui est théoriquement leur droit le plus strict. En réalité, Amazon rend indisponibles les fiches des ouvrages publiés par des éditeurs qui refusent d’adhérer à ce programme, sans toutefois les retirer de leur catalogue. Conséquence ? Comme le blog des éditions Cynthia 3000 le dit très bien :

– [que] le géant n’actualise pas assez souvent ses pages (« mais avec tout ce qu’il y propose, on peut bien lui pardonner ce travers »)
– [que] commander les ouvrages des petites maisons est aussi compliqué chez Amazon que chez le libraire du coin (« mais au moins, avec Amazon, pas besoin de sortir de chez soi »)
– [que] les petites maisons ne tiennent pas la cadence, sortent des titres et les laissent s’épuiser en deux ans, etc. (« en plus elles font rien qu’à encombrer les tables des librairies »)

Source : Le blog des éditions Cynthia 3000
La Feuille

– Si Amazon autorise la reprise des informations et des images de couverture de son site, il vient d’exiger de la part des sites internet utilisant ces renseignements de supprimer tous les liens vers d’autres librairies en ligne, sous peine de se voir supprimer l’accès à ces informations essentielles qui comprennent notamment le numéro ISBN, la couverture, le nombre de pages.
Source : Livres échanges
Actualitté

Un autre blog en parle très bien : http://bibliotheques.wordpress.com/2009/09/21/amazon-ne-veut-plus-dapi-concurrents/

Passons sur la question des fameuses recherches « Au Coeur du Livre »

Toute la question est de savoir quelle librairie veut-on pour demain ? Est-ce que nous souhaitons acheter des livres sans nous poser de questions, sans nous soucier de savoir qui paie en réalité cette prétendue gratuité des frais de port, sans nous préoccuper de savoir comment va évoluer le monde de l’édition, de la diffusion. Le monde du livre de demain sera celui que nous avons mérité.
Je ne sais pas ce que vous en pensez, vous, personnellement, assis devant vos écrans d’ordinateurs, mais demain, je refuse de lire Amazon, de penser Amazon, de me dire que tous les éditeurs dont j’admire le travail ont finalement dû se plier à des exigences qui se sont transformées peu en à peu en dictature.
Je refuse qu’on vienne un jour me voir en me disant que, pour garder ce blog ouvert et accessible, je vais devoir intégrer un lien réglementé et des boutons d’achats immédiats. Je refuse de penser le livre comme un vulgaire produit de consommation dépourvu d’âme et de passion.

N’hésitez pas à relayer ces informations sur votre blog.

Les droits imprescriptibles du lecteur

1.

Le droit de ne pas lire.

2.

Le droit de sauter des pages.

3.

Le droit de ne pas finir un livre.

4.

Le droit de relire.

5.

Le droit de lire n’importe quoi.

6.

Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible).

7.

Le droit de lire n’importe où.

8.

Le droit de grapiller.

9.

Le droit de lire à voix haute.

10.

Le droit de nous taire.

Cette petite affichette portait un n°11

11.

Le droit de ne pas faire la fiche de lecture.

J’en rajoute un douxième

12.

Le droit de parler d’un livre comme bon nous semble.

Il semblerait que ces droits indescriptibles du lecteur aient été « rédigés » par Daniel Pennac, mais je n’en suis pas certaine. La petite affichette indique en tout cas : « Si vous voulez que votre enfant lise, affichez ces dix commandements dans sa chambre. » Suivent ensuite le nom de Daniel Pennac et le titre Comme un roman.
Merci à A.S.C

Edit :

Les droits imprescriptibles du lecteur analysés à l’heure du numérique. Paru dans Edition-actu n° 84, 1er novembre 2003

Share

Les petits livres – Reuno

Une petite illustration absolument adorable que j’ai découvert aujourd’hui en feuilletant le second artbook du collectif du forum Café Salé.

Voir le site de l’illustrateur Reuno

On ne le voit pas sur l’illustration, mais les livres ont des titres. Le livre rouge en haut à gauche s’apelle L’histoire sans fin, le jaune en train de rattraper le gris s’appelle Le Petit Prince, et le bleu gris sur l’étagère du bas, c’est Le Seigneur des Anneaux. Les autres, vous le saurez en feuilletant l’Artbook.

Artbook CFSL .Net Vol. 2
ISBN : 978-2916739410
Ankama Editions

Share