Le Livraire

Carnet de lecture

Archives de Tag: Gallimard

Semaine 26

On reprend doucement le fil des récaps avec un rapide point sur les nouvelles importantes de la semaine passée :

  • Le PDG d’Amazon, Arnaud Montebour a confirmé l’ouverture d’un nouvel  entrepôt de 40 000m² à Chalon-sur-Saone. Cette ouverture devrait créer entre 300 et 500 emplois sur la durée. (source)
  • L’écrivain Robert Sabatier, l’auteur du roman Les Allumettes suédoises est mort, il avait 88 ans.
  • Les éditions Grasset ont choisi Pierre Demarty pour traduire le nouveau roman de J.K Rowling, The casual Vacancy, qui devrait paraître le 27 septembre. (Ca me paraît court pour réaliser une traduction, mais bon…)
  • 646 romans français et étrangers sont prévus pour la rentrée littéraire 2012. Un chiffre en très légère baisse dans un contexte économique toujours tendus. (426 titres français, 220 titres étrangers). (source)

    (source originale et auteur inconnu)

Qui dans leur chair s’inscrivent – Jean Pérol

Ceux qui prêtent l’oreille à la rumeur du soir
contemplent le chuchot des bourgeons aveuglés
et l’immobile orgueil du soleil venu choir
loin des voix et des murs
loin des vois et puis meurs
loin des croix et des yeux sur la mer lisse et noire

et se disent
n’est-ce pas tout l’amour par la mort étranglé
n’est-ce pas la colère par la ville matée
n’est-ce pas tout l’oubli que la nuit vient sangler
n’est-ce pas chaque main qui se perd et dérive

j’entends le non-savoir j’entends le peu d’espoir
ronger précis les hommes fatigués
et sous leurs yeux fermés
les rêves indomptables qui dans leur chair s’inscrivent.

In Morale provisoire, Gallimard, 1978

Share

Territoire du rêve – Elsa Morante

Editions Arcades, Gallimard
ISBN : 978-2070731756

Traduit de l’italien et annoté par Jean-Noël Schifano

morante_reveRésumé (quatrième de couverture) :
Du 19 janvier au 30 juillet 1938, Elsa Morante a reporté ses rêves sur un cahier d’écolier. Dans son état cruel, tendre et émouvant, le manuscrit trouvé après la mort de son auteur est bien un journal intime à l’érotisme perlé, mais d’un genre plus unique que rare : il est fait de rêves, il n’est pas le fruit de veilles mais de sommeils, il n’est pas diurne mais nocturne… Une matière première qui est un document exception
nel, en soi d’abord, et puis en reflet viscéral de toute l’œuvre d’Elsa Morante, cette biographie à peine déguisée d’elle-même et de notre siècle.

Mon avis :
Territoire du rêve est un ouvrage complètement à part, si les récits de rêves sont une chose courante au sein des récits -autobiographiques ou fictionnels-, les ouvrages donnant au rêve une place centrale sont eux beaucoup plus rares.
La présentation qu’en fait le traducteur reflète exactement le contenu de ce livre. J’avais déjà eu l’occasion de lire Elsa Morante il y a quelques années, avec la Storia. Je pense que ceux qui connaissent déjà son œuvre, par des extraits, un roman ou des articles, apprécieront mieux Territoire du rêve que ceux qui seraient amenés à la découvrir par ce livre.

Les rêves sont plus ou moins étranges, violents ou érotiques (dans ce cas censurés par Elsa Morante avec des astérisques entre crochets, plus ou moins longues suivant l’allusion érotique, comme le signale le traducteur dans les annexes.) avec des archétypes qui se détachent nettement du reste : les figures féminines de la mère et de la sœur, le voyage, la religion, l’humiliation (ainsi qu’elle l’exprime elle-même).

Un journal assez hors du commun à lire, que je ne qualifierai pas de distrayant mais d’intrigant, une porte vers l’imagination brute et la psychée d’un auteur.