Le Livraire

Carnet de lecture

Archives de Tag: Histoire

Un bûcher sous la neige – Susan Fletcher

Plon
Traduit de l’anglais par Suzanne Mayoux
ISBN : 978-2-2592-114-13
Titre original : Corrag (republié sous le titre Witch light)

Résumé (quatrième de couverture) :
Au cœur de l’Écosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d’Irlande espionner l’ennemi, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s’élève au-dessus des légendes de sorcières, par-delà ses haillons et sa tignasse sauvage. Peu à peu, la créature maudite s’efface; du coin de sa cellule émane une lumière, une sorte de grâce pure. Et lorsque le révérend retourne à sa table de travail, les lettres qu’il brûle d’écrire sont pour sa femme Jane, non pour son roi. Chaque soir, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneigés, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. Chaque soir, à travers ses lettres, il se rapproche de Corrag, la comprend, la regarde enfin et voit que son péché est son innocence et le bûcher qui l’attend le supplice d’un agneau.

Mon avis :
Un bûcher sous la neige se déroule dans les Highlands, au XVIIe siècle, dans un contexte historique bien particulier.
L’histoire se passe un an et demi après que le protestant Guillaume II d’Orange ait écrasé le catholique Jacques II à la bataille de la Boyne, le 12 juillet 1690 (victoire toujours commémorée par l’Ordre d’Orange, en Irlande du Nord mais aussi dans certains endroits d’Écosse) écartant ainsi tout espoir pour Jacques de remonter sur le trône.

Le massacre de Glencoe dont il est question dans le roman a eu lieu, le 13 février 1692, aux premières lueurs de l’aube (je ne souhaite pas en dire plus pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture). C’est de ce drame historique que s’inspire Susan Fletcher pour écrire l’histoire de la jeune Corrag, emprisonnée dans une geôle et attendant son exécution, quand survient le Révérend Charles Leslie.

Lire la suite

Les vaches de Staline – Sofi Oksanen

La Cosmopolite / Stock
Traduit du finnois par Sébastien Cagnoli
ISBN : 978-2-234-06947-3
Titre original : Stalinin lehmät
Parution le 7 septembre

Quatrième de couverture :
Les « vaches de Staline », c’est ainsi que les Estoniens déportés désignèrent les maigres chèvres qu’ils trouvèrent sur les terres de Sibérie, dans une sorte de pied de nez adressé à la propagande soviétique qui affirmait que ce régime produisait des vaches exceptionnelles. C’est aussi le titre du premier roman de Sofi Oksanen, dont l’héroïne, Anna, est une jeune Finlandaise née dans les années 1970, qui souffre de troubles alimentaires profonds. La mère de celle-ci est estonienne, et afin d’être acceptée, cette femme a tenté d’effacer toute trace de ses origines, et de taire les peurs et les souffrances vécues sous l’ère soviétique. Ne serait-ce pas ce passé qui hante encore le corps de sa fille ? 
Sofi Oksanen fait preuve d’une grande puissance d’évocation quand elle décrit les obsessions de ces deux femmes. Il y a la voix d’Anna qui tente de tout contrôler, son corps, les hommes, et le récit plus distant de la mère qui se souvient de la rencontre avec « le Finlandais », à Tallinn, dans les années 1970, sous un régime de terreur et de surveillance.

Mon avis :
Les vaches de Staline est chronologiquement le premier roman de Sofi Oksanen mais le second à être traduit en français, après le grand succès de Purge l’an dernier. Le vaches de Staline, Purge et un autre roman qui était en cours d’écriture en juin 2010 devraient former une trilogie, selon les propos de l’auteur lors de la présentation de Purge au Centre Culturel Finlandais.

Le roman alterne plusieurs époques et voix narratives. La troisième personne du singulier pour évoquer le passé : l’Estonie juste après la Seconde Guerre mondiale, l’Estonie durant l’ère Soviétique et l’enfance d’Anna, le je pour évoquer le présent et les troubles alimentaires installés. La fracture entre la troisième et la première personne du singulier pour parler du même personnage créée une distance par rapport à une époque, distance que l’on peut rattacher à l’indépendance de l’Estonie, survenue en 1991, un basculement profond dont les conséquences se retrouvent aussi bien dans la grande Histoire que dans l’histoire personnelle ; thématique largement exploitée dans l’œuvre de Sofi Oksanen, et après la lecture de ses deux romans, et de son propre aveu.

L’emploi de ce je narratif et les nombreuses similitudes entre la vie de l’auteur et celle de son personnage peuvent amener le lecteur à se poser la question fatidique et fatiguante sur le pourcentage d’éléments autobiographiques. Question que je me suis posée aussi, avouons-le, d’autant plus que, toujours lors de cette soirée de présentation, elle avait déclaré puiser largement dans l’histoire familiale pour écrire ses romans. Pourtant, s’il est raisonnable de penser que la sensibilité par rapport à certaines questions évoquées, le déracinement, la langue maternelle dont on est parfois privé, provient, pour une part, d’une histoire personnelle, je pense que c’est définitivement une erreur que de faire des rapprochements hasardeux entre fiction et réalité. C’est peut-être une conception erronée de ma part, mais je pense que l’on peut vivre un évènement de A à Z, puis le raconter fidèlement dans les détails, le résultat comportera toujours un élément de décalage, un glissement qui le distingue de la réalité, ne serait-ce que par le regard du lecteur.

La question la plus intéressante du roman est sans doute celle du rapport à la fois à la langue, au pays maternel (dans le sens « pays dont on se sent partie intégrante », quand bien même on n’y est pas né) et au corps. La transmission de l’histoire familiale, des drames traversés par plusieurs générations et qui continuent de se transmettre dans la chair des descendants, même quand on s’évertue à leur cacher la vérité, à entourer de non-dits insondables les banalités les plus quotidiennes. Comme si le destin de notre filiation, sa hamingja pour reprendre un terme issu de la mythologie nordique, continuait de marquer si profondément que l’on ne puisse pas y échapper, du moins pas sans un long et patient travail de compréhension et de reconstruction, comme s’il fallait d’abord apaiser les fantômes troublés du passé pour pouvoir construire un futur différent et libéré d’un héritage parfois étouffant.

La relation  troublée d’Anna à la nourriture n’est pas un désordre inné, il ne vient pas de nul part. Il commence à se manifester aux abords de l’adolescence, en même temps qu’une camarade de classe aux origines semblables. L’association entre l’entrée dans un âge sexuel, le rapport à la mère et au-delà, à une famille dont le père est perpétuellement absent, les injonctions de devoir ressembler à un pays dont on ne sent pas partie prenante et de devoir en rejeter un autre dont on a envie pleinement d’embrasser les coutumes et la langue forment un tout complexe et extrêmement intéressant.
Les vaches de Staline n’est pas un roman sur les troubles alimentaires ou sur l’Estonie soviétique, c’est un roman qui pose la question de ce que l’on devient quand on est déraciné, privé de mots, d’une terre, pas forcément au sens de pays, plutôt au sens d’endroit où s’épanouir, d’un endroit où être, où l’on sait d’où l’on vient et du droit à être soi.

La lecture de ce roman m’a rappelé une remarque de quelqu’un avec qui j’avais eu une conversation sur les évènements qui pouvaient amener l’écriture d’un auteur à perdre de sa substance. Cette personne m’avait fait une remarque à propos du déracinement (géographique mais pas uniquement) qui pouvait, selon elle, être l’une des causes possibles de ce type de dégradation. Cette remarque prend tout son sens à la lecture du roman de Sofi Oksanen : Anna n’a pas réellement de pays puisqu’elle doit dissimuler ses origines dans l’un et adopter certaines conduites spécifiques dans l’autre. Quand l’Estonie gagnera son indépendance, le pays changera vite et elle ne reconnaîtra plus le pays qui était, d’une certaine façon, le pays de son enfance et de son adolescence.

Ma mère ne m’a jamais dit un mot d’estonien, même par mégarde. Pas un mot ne lui a échappé à mon adresse, alors que par ailleurs elle peut parler elle-même finnois et estonien. Si elle parle à d’autres personnes en estonien, ou s’il y a autour de nous des gens qui parlent estonien, elle interrompt la conversation pour me demander à part si j’ai compris […], alors que l’estonien est l’une de mes langues maternelles et que je l’ai appris en dépit de la résistance de ma mère, toute seule, je me suis emparée de cette langue qui m’était morte, et j’ai refusé de l’abandonner, malgré ma mère qui punissait chacun de mes mots estonien, à notre retour en Finlande, par une chiquenaude de reproche […].

Selon ma thérapeute, il était vraiment étrange que ma mère n’adresse pas le moindre mot de sa propre langue à son enfant, même nourrisson, aucun babil, rien qu’une langue étrangère qui n’est pas encore adaptée à sa bouche et à ses sentiments, […]. Sa remarque m’a étonnée. C’est étrange ? Je n’avais jamais pensé que ça devrait être autrement, mais, en y réfléchissant et en faisant le compte, j’ai réalisé que je ne connaissais pas une seule famille multilingue qui ne veuille pas apprendre aux enfants les langues des deux parents. on enseigne volontiers une langue parlée comme langue maternelle depuis plusieurs générations.

pages 41 à 45

Dix ans après la seconde indépendance de l’Estonie, la première ayant eu lieu en 1918, il y a toujours une minorité russophone assez importante et un certain nombre d’habitants considérés comme apatrides par les autorités.

La lecture de ce roman m’a fait repenser, entre autres,  à certains souvenirs d’un voyage dans les trois pays Baltes au cours de l’été 2004, et rétrospectivement, amenée à reconsidérer sous un autre angle certains souvenirs. Ainsi un quiproquo à Tallinn où l’on m’avait d’abord adressé la parole en estonien, puis en finnois puis ensuite en russe, pour enchaîner dans un anglais hésitant et me demander in petto d’où je venais, une méprise de plus en raison de mon physique. Anecdote sans intérêt qui prend une autre couleur après la lecture de certaines lignes et les descriptions de Tallinn après l’Indépendance. Je me souviens aussi de Narva, ville juste à la frontière russe, à l’architecture typiquement soviétique, laide et sinistre que j’aimerais pouvoir revoir aujourd’hui, justement pour ça. Il y a une photo de Claudine Doury qui montre une jeune fille à la robe colorée devant ces blocs. Mis à part Estonie, l’endroit n’est pas précisé mais cela ressemble exactement à cette ville (il m’est malheureusement impossible de trouver cette photo sur le net).

Les vaches de Staline a l’ampleur d’un grand roman, un cran nettement au-dessus de Purge en matière d’écriture et de thématique.

Les droits du second roman de Sofi Oksanen, Baby Jane, qui plonge dans l’intimité et la tension au sein d’un couple lesbien, ont été achetés par les éditions Stock. Peut-être une parution pour la rentrée littéraire 2012 ?
Pour finir, un lien intéressant sur la vie en Estonie actuellement : E-stonie, un site monté par des étudiants du CELSA.

Le diable déguisé en belette – Sylvia Townsend Warner

Joëlle Losfeld
Traduit de l’anglais par Anne Rabinovitch

Titre original : The Corner that Held Them
ISBN :
978-2-909-906-690

Le diable déguisé en belette

Le diable déguisé en belette (écrit en 1948) est un livre épuisé depuis un moment et qui, mis à part en bibliothèque, est complètement introuvable. C’est grâce à la gentillesse d’une personne m’ayant prêté son exemplaire que j’ai pu avoir la chance de le lire, souhaitant lire d’autres romans de Sylvia Townsend Warner après ma lecture très enthousiaste de Laura Willowes.

S’ouvrant par l’assassinat d’un amant et le meurtre d’une vieille servante dans la région du Norfolk, à la fin du XIIème siècle, ce roman est une œuvre prodigieuse. L’histoire proprement dite commence deux siècle plus tard, lorsque le Seigneur cocufié, Brian de Retteville, fait construire le couvent d’Oby en mémoire de sa femme Alianor, lieu où se déroule la majeure partie de l’action.
Dés le départ, les difficultés surgissent, l’environnement est hostile, l’argent manque, la nourriture est rare et les bras ne se bousculent pas pour aider les nonnes. Plus tard, ce sera l’épidémie de peste, longue et meurtrière, et, poussée par l’épidémie, profitant d’une opportunité du destin -ou du diable- un dénommé Ralph se présente sous le visage d’un prêtre à Oby. Il n’en est cependant pas un, mais ses rudiments de latin et surtout la place vacante, lui permettent de donner le change.
Dieu est à la fois le grand prétexte et le grand absent de l’histoire. S’il est craint et continuellement évoqué, la foi pure, le mysticisme est radicalement oublié de tous. Les évêques sont là pour faire appliquer les dogmes et régler les querelles financières, les nonnes se chamaillent, se font la guerre pour des prétextes stériles, obnubilées par les questions matérielles, par l’égo, et les bruits du siècle quand elles sont censées vivre hors de ce monde auxquelles elles ont renoncées -mais rarement par choix. La plupart sont données à l’Église par leurs familles, envoyées par des couvents comptant des pensionnaires en surnombre, ou laissées pour compte dans une époque impitoyable. Le père Ralph n’est ni meilleurs ni pire qu’elles.  Au dehors, le monde est un vaste chaos de guerre, de pillage, de meurtre, de massacre.
Presque imperceptiblement, l’époque évolue. Le roman court sur une période allant de 1349 à 1382, et les religieuses se succèdent. Sœur Ursula et son fils bâtard élevé au couvent qui partira en volant le cheval et les épices, Sœur Susanna, écrasée par l’aiguille de la chapelle, la vieille Figg, veuve, pensionnaire au couvent et à l’occasion, compagne de lit du père Ralph, Sœur Adela, belle et stupide qui fera une chose terrible, Sœur Lovisa au visage ravagé par la scrofule qui finira en disgrâce malgré son intelligence.

C’est une fresque historique à l’ironie mordante, à la plume acérée et attentive que peint ici Sylvia Townsend Warner à travers une galerie de personnages aussi monstrueux que fascinant. C’est le quotidien âpre et les relents odieux des affaires humaines fixés par une écriture d’une extraordinaire et cruelle précision. Sans cesse, l’esprit des gens pourchasse ce Diable qu’ils semblent voir partout, le débusquant dans le rire d’une novice, dans une sucrerie ou dans ces nouveaux accords de musiques. Ce Diable qui, malgré ce que le titre laisse entendre, est aussi le grand absent du livre, contrairement à la folie et à la vacuité des hommes qui ruine impitoyablement la moindre entreprise.

Musicienne et écrivain, Sylvia Townsend Warner (1893-1978) fut membre du parti communiste à la fin des années 30, et journaliste dans l’Espagne républicaine. Ses premiers poèmes furent admirés par Yeats et certains la comparèrent à Thomas Hardy; elle-même fut influencée par T.F. Powys et par David Garnett. Son premier roman, [Laura Willowes] fut publié en 1926.

Share

La Lumière et l’Oubli – Serge Mestre

« Ce blog a décidé de s’associer à un projet ambitieux : chroniquer l’ensemble des romans de la rentrée littéraire !

Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site Chroniques de la rentrée littéraire qui regroupe l’ensemble des chroniques réalisées dans le cadre de l’opération. Pour en savoir plus c’est ici. »

* * * * *

Denoël
ISBN : 978 – 220 – 726 – 1439
Parution le 20 août 2009

serge_mestreQuatrième de couverture :
1953, quelque part en Catalogne, deux adolescentes trompent la vigilance des gardes civils, sautent du train et s’enfuient à travers la campagne. Filles de Républicains espagnols, Esther et Julia échappent ainsi à leur sort dans une Espagne soumise au joug franquiste. Mais c’est trente-cinq ans plus tard, en France, qu’elles retrouvent la pleine mémoire de leur aventure. Par vagues successives, le souvenir brûlant les submerge et l’Espagne qu’elles ont fuie ressuscite en une fresque irréelle et terrible où se croisent de multiples destins : enfants martyrisés dans les couvents, lourds secrets des familles adoptives, médecins convaincus de pouvoir extirper « le gène du marxisme », résistants passeurs qui risquent leur vie à la frontière… Bien au-delà d’un classique roman historique, La Lumière et l’Oubli est une épopée du souvenir, où remontent d’étranges coïncidences familiales, révélant à chaque personnage la face cachée de ses origines.

Mon avis :
Sixième ouvrage de Serge Mestre, La Lumière et l’Oubli repose sur une construction minutieuse, intercalant le récit des différentes époques durant lesquelles se déroule l’histoire. Le roman s’ouvre sur l’évasion d’Esther et de Julia, en août 1953. On ignore tout d’elles, de leurs histoires, de leurs drames, tout, exception faite de leurs prénoms et de leurs âges. Si au début l’action est assez linéaire, elle devient progressivement plus complexe à chacun de ces allers-retours temporels et avec l’apparition d’une quantité de personnages, en apparence secondaire, mais qui auront /ont eu une importance considérable dans la vie de Julia et d’Esther. On apprendra par la suite les raisons qui les ont conduites toutes les deux dans ce couvent-prison, le destin terrible de leurs parents respectifs. Les débuts de leurs vies en France et leurs vies de femmes ne sont pas laissées en reste, évitant de les réduire en simples portraits ; permettant ainsi de donner à ces deux personnages des personnalités plus palpables.

A travers le destin de ces deux adolescentes réfugiées en France, c’est toute une époque, un pan de l’histoire très récent et souvent mal connu dont il est ici question. De la dictature de Franco et du régime de terreur qui en découla, que savons-nous véritablement ? Peu de choses, à moins d’y avoir été directement concerné en raison de son histoire familiale ou de s’y être intéressé par curiosité  intellectuelle (ou d’avoir fait des études d’Histoire). Les manuels scolaires restent encore très discrets sur la question. Autant La Lumière et l’Oubli est parfois d’une précision qui peut s’avérer fastidieuse, autant la peinture de la vie quotidienne en Espagne sous Franco est dramatiquement édifiante. Un roman, oui, mais un roman qui suscite des interrogations, une envie d’en savoir un peu plus.

S’il ne fait aucun doute que c’est un roman travaillé, le résultat semble parfois un peu trop artificiel à la lecture, très bien écrit, mais manquant de spontanéité. Le sujet cependant, ne s’y prête pas forcément, et sa nature colle très bien au type d’écriture ; cependant, il y a des moments très lyriques, pleins de sens mais dont la présence détonne au milieu d’une telle précision, trop bref pour prendre réellement place.
Du point de vue de la fiction proprement dite, le début est très crédible, mais plus le roman avance, plus certaines situations, certaines révélations comportent un aspect rocambolesque qui s’accorde difficilement avec le réalisme du récit, notamment une certaine lettre dont le contenu m’a semblé pratiquement surréaliste compte tenu de l’auteur de la lettre et de son destinataire.

Pour résumer, La Lumière et l’Oubli est un roman intéressant et instructif, à la structure riche et complexe mais dont certains ressorts peuvent laisser perplexe.

Share