Le Livraire

Carnet de lecture

Archives de Tag: Paul Celan

J’ai entendu dire – Paul Celan

J’ai entendu dire : il y a
dans l’eau une pierre et un cercle
et au-dessus de l’eau une parole
qui met le cercle autour de la pierre.

J’ai vu mon peuplier descendre à l’eau,
j’ai vu son bras aller s’accrocher dans la profondeur,
j’ai vu ses racines supplier le ciel que vienne une nuit.

Je n’ai pas couru derrière lui,
j’ai seulement ramassé par terre la miette
qui de ton œil a la forme et noblesse,
j’ai ôté à ton cou la chaîne des formules
et j’en ai ourlé la table où la miette se trouvait maintenant.

Et je n’ai plus vu mon peuplier.

 

ICH HÖRTE SAGEN

Ich hörte sagen, es sei
im Wasser ein Stein und ein Kreis
und über dem Wasser ein Wort,
das den Kreis und den Stein legt.

Ich sah meine Pappel hinabgehn zum Wasser,
ich sah, wie ihr Arm hinuntergriff in die Tiefe,
ich sah ihre Wurzeln gen Himmel um Nacht flehn.

Ich eilt ihr nicht nach,
ich las nur vom Boden auf jene Krume,
die deines Augen Gestalt hat und Adel,
ich nahm dir die Kette der Sprüche vom Hals
und saümte mit ihr den Tisch, wo die Krume nun lag.

Und sah meine Pappel nicht mehr.

 

Paul Celan, Choix de poèmes, Poésie Gallimard, 1998. (extrait du recueil De Seuil en Seuil) Traduction Jean-Pierre Lefebvre

Share

Ce n’est plus – Paul Celan

Ce n’est plus
cette
lourdeur enfoncée
avec toi parfois dans
l’heure. C’est une lourdeur
autre.

C’est le poids qui retient le vide
qui avec
toi s’en irait.
Ça n’a, comme toi, pas de nom. Peut-être
êtes-vous la même chose. Un jour peut-être
toi aussi, tu m’appelleras
ainsi.

******

Es ist nicht mehr
diese
zuweilen mit dir
in die Stunde gesenkte
Schwere. Es ist
eine andre.

Es ist das Gewicht, das die Leere zurückhält,
die mit-
ginge mit dir.
Es hat, wie du, keinen Namen. Vielleicht
seid ihr dasselbe. Vielleicht
nennst auch du mich einst
so.

Extrait de Paul Celan, Choix de poème réunis par l’auteur, NRF Poésie Gallimard. Traduction et présentation de Jean-Pierre Lefebvre.

Share

Paul Celan (1920 - 1970)

celanIl est né le 23 novembre 1920 en Bucovine, une région du nord de la Roumanie. N’allez pas chercher sur une carte où c’est, parce que depuis 1991, la Bucovine fait partie de l’Ukraine. (Avant 1918, c’était l’Empire austro-hongrois, et entre 1944 et 1991, c’était la Russie soviétique.) 
Ses parents sont des juifs allemands (si, c’est important pour la suite), Celan est l’anagramme de son nom : Ancel en roumain ou Antschel en allemand. Il fait ses études dans une école allemande, dans une école hébraïque puis dans un lycée roumain. *  et comment vous en êtes venu à la culture burgonde ? *

Passons rapidement sur sa jeunesse et arrivons en 1942. Ses parents, qui avaient refusé de se cacher sont envoyés en déportation en Ukraine. (maintenant c’est la Transnistrie. Pour les courageux qui ont envie de se démonter la tête, jetez un œil ici. Maintenant je propose qu’on arrête avec la géographie.) Son père meurt du typhus et sa mère est certainement exécutée. Paul Celan est envoyé dans un camp de travail.

À la fin de la guerre, il part pour Bucarest, et deviendra lecteur et traducteur russe-roumain pour les éditions Cartea Rusa (Le Livre Russe). Il traduira, entre autres, Tchekhov.

En 1947, il publie ses premiers poèmes, puis il part six mois pour Vienne.

En juillet 1948, il part pour Paris, via Innsbrück. La revue Plan publie dix-sept de ses poèmes, repris dans le recueil Der Sand aus den Urnen (Le Sable des urnes) dont Celan interdira la diffusion.

Il s’inscrit en licence d’allemand à la Sorbonne en 1949. Traduction de Cocteau et d’Apollinaire.

1952 : Mariage avec Gisèle de Lestrange,  et parution du recueil Mohn und Gedächtnis (Pavot et mémoire)

Traduction de Cioran et de Picasso en 1955. Cette année-là paraît à Stuttgart son recueil Von Schwelle zu Schwelle (De seuil en seuil). Il obtient la nationalité française.

1956 : traduit en allemand le commentaire du film Nuit et Brouillard.

1960 : traduit la Jeune Parque, de Valéry. Claire Goll, la veuve d’Yvan Goll, dont Celan avait traduit les poèmes en allemand à la demande de ce dernier l’accuse d’avoir plagié l’œuvre de son mari. Elle lance une campagne de diffamation contre Paul Celan.

1962 : Travaille pendant un mois comme traducteur au Bureau International du Travail, à Genève.

1967 :  Grave crise psychique au début de l’année qui le conduira à effectuer un séjour en hôpital psychiatrique. Paul Celan quitte son domicile et s’installe seul dans un appartement de la rue Tournefort (Ve). Traduit vingt-et-un sonnets de Shakespeare.  Rencontre Heidegger.

1969 : Traduction de Rimbaud, Michaux, Mandelstam. Fait un séjour en Israël, invité par l’association des écrivains  Israélites.

1970 : Fin avril, Celan se donne la mort en se jetant dans la Seine, sans doute du pont Mirabeau.  Son corps est retrouvé le 1er mai.
Il est enterré au cimetière de Thiais le 12.


La biographie ne comporte pas la liste de toutes ses traductions, ni les dates de parutions de tous ses ouvrages, le but n’étant pas de faire un catalogue détaillé.

Articles sur Paul Celan, son écriture, son œuvre :

Paul Celan, sur le site Esprit nomade

Paul Celan, sur le site monumenta
Ce site est remarquable, on peut entendre des lectures de ses textes, voir des vidéos d’entretiens, des photos, lire des articles connexes… le tout présenté de manière simple et accessible.