Le Livraire

Carnet de lecture

Une si jolie robe – Fan Wu

Traduit de l’anglais par Prune Cornet
Philippe Picquier
ISBN : 978-2809700466

FAN8WURésumé (présentation de l’éditeur) :
Lorsque Yan et Ming se rencontrent, l’attirance est immédiate. Pourtant elles ont bien peu de choses en commun, si ce n’est qu’elles étudient dans la même université de Canton. Ming a dix-sept ans, elle est plutôt naïve et solitaire, vit dans un monde fait de livres, de musique et d’imagination. Yan a vingt-quatre ans, elle appartient à la minorité des Miao, elle est belle, sexy, provocante et manipulatrice. Leur rencontre sera brève, intense, et changera pour toujours la v
ie de Ming. Un roman qui raconte la découverte de l’homosexualité par deux jeunes Chinoises, une histoire d’amour interdit et de perte, « originale et inoubliable, le roman de Wu Fan déborde de passion, de vitalité et d’espoir. Les jeunes filles de ce livre sont les filles et les petites-filles de « Chinoises ». Elles sont le produit d’une société à la fois moderne, expansive, et repliée sur elle-même, à cause du communisme » (Xinran, auteur de « Chinoises » ).

Mon avis :
Il ne faut surtout pas se fier à l’image de couverture qui donne l’impression d’avoir affaire à une énième histoire d’étudiantes à problèmes avec un soupçon de saphisme, de manipulation et de futilités toute féminine. L’histoire est autrement plus fine, plus profonde, et les personnages ne sont pas aussi manichéen qu’ils n’y paraissent. Certes, Yan est effectivement une jeune femme sachant tirer son épingle du jeu qui ne recule pas devant un peu de manipulation, de chantage affectif et de séduction pour s’en sortir tandis que Ming est d’une naïveté qui nous paraît à peine croyable. Mais voilà, les campus de la Chine de 1992 ne sont pas la France de 2008, et c’est là tout l’interêt et la réussite du roman qui restitue par petite touche l’atmosphère et la vie quotidienne de cette Chine là, où l’homosexualité et le SIDA n’existe pas, où une jeune fille de dix-sept ans, cultivée et bonne élève ignore comment on tombe enceinte, les tensions entre les minorités… L’amitié et la relation de Ming et de Yan est dépeinte avec finesse et intelligence, l’ambiguïté entre amitié et amour est particulièrement bien restituée. Avec cette amitié et son achèvement, c’est toute la personnalité de la jeune Ming qui évolue, son regard et son attitude qui changent. Elle gagne progressivement en audace et en curiosité par rapport au monde qui l’entoure et non plus uniquement celui des livres et des études. Elle demande d’ailleurs à quelqu’un quelque chose de surprenant par rapport à son comportement et à sa personnalité, mais je n’en dirais pas plus, je vous laisse le découvrir.

Lire l’avis de Loutarwen

Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :